vancouver_2010_mascots3_thumb_500x436_8995Ayé le froid, le brouillard, la pluie et les gamelles c'est terminé pour quatre ans alors si naguère vous étiez pris par des obligations professionnels ou familiales, en prison ou tout simplement sur Mars, voici les 10 informations à retenir de la quinzaine olympique. 

Le triomphe du Canada

14 médailles d'or pour un total de 26 breloques, le succès canadien pour ses Jeux de Vancanver est total. Le pays hôte établit un nouveau record en la matière battant les 13 médailles d'or de la Norvège à Salt Lake City en 2002 et de l'Union Soviétique en 1976 à Innsbruck.

Par ailleurs, en s'imposant à domicile, le Canada réalise un petit exploit car il n'est s'agit jamais que de la troisième fois dans toute l'Histoire des JO d'hiver que le pays hôte s'impose à domicile après les états-Unis à Lake Placid en 1932 et la Norvège à Oslo en 1952.

11 médailles pour la France

Objectif atteint dira-t-on poliment, la vérité est que si ce total olympique égalise le record de Salt Lake, il ne comporte que deux médailles d'or (3 à Turin en 2006, 4 à Salt Lake en 2002) et que plus de la moitié de ces médailles (6) vient du biathlon qui n'a jamais été aussi performant. À l'exception de Jason Lamy-Chappuis et de Mathieu Bozzetto, l'ensemble des favoris français sont passés à côté de leurs jeux.

0 pointé pour le ski alpin français

6 médailles pour le biathlon, mais aucune pour le ski alpin français, une première depuis les Jeux de Lillehammer (1994). Si cette équipe de France est jeune et privé de son meilleur élément (Jean-Baptiste Grange), ses podiums tout au long de la saison de Coupe du monde laissaient entrevoir une gratification dont le ski alpin a besoin pour vivre. On attendra une revanche à Sochi en 2014.

Des polémiques... comme d'habitude

Trois polémiques ont alimenté ces Jeux plus que les autres. La première concerne la piste de Whisler où dès le premier jour de compétition le lugeur géorgien Nodar Kumaritashvili s'est tué. Ce fameux virage numéro 13 a provoqué une bonne quarantaine d'accidents aux travers de la luge, du skeleton, du bob à deux et du bob à quatre. Au départ, la volonté était de faire une piste sélective... C'est réussi, elle a même choisi entre ceux qui devaient vivre et celui qui devait mourir.

La deuxième polémique est un peu incontrôlable puisqu'il s'agit des conditions météorologiques. Difficile en effet d'assurer 15 jours de beau temps pour le sport de plein air, mais le combiné nordique, les slaloms et le géant dames en ont subi les conséquences avec des podiums pas seulement établi sur le mérite sportif. Pour le coup, ces Jeux Olympiques n'ont rien de différent des précédents.

Enfin la troisième polémique est elle plus infantile puisque les hockeyeuses canadiennes ont eu droit à un remontage de bretelles dans les règles de l'art de la part du CIO après que ces dames et demoiselles se soient organisées une petite fiesta sur la patinoire de Vancouver afin d'arroser leur sacre face aux Américaines. Sur le photos publiées, on pouvait voir des athlètes, pas encore majeurs, boire de la bière et du mousseux canadien avec de gros cigares. Pas glamour pour un sou (qui a dit que le hockey était glamour ?), cependant une partie de la presse locale a défendu ses championnes narrant que la fiesta était tout de même bon enfant et n'avait rien de comparable avec les orgies de vainqueurs de la Coupe Stanley.

Un mort

Il s'appelle Nodar Kumaritashvil et il avait 21 ans lorsqu'il est sorti du virage numéro 13 de la piste de Whisler à plus de 130 km/h. Mort de suites de ses blessures, le Géorgien a endeuillé les Jeux Olympiques sans pour autant remettre en cause le tracé de la piste. Un mort qui n'a servi à rien ?

Des favoris loin d'être au rendez-vous

Les Italiens et les Finlandais qui passent au travers, le ski alpin autrichien (les garçons) qui rentre bredouille des Jeux, Lindsey Vonn qui ne remporte que deux médailles (on disait de l'Américaine qu'elle serait le Michael Phelbs de Vancouver) et bien d'autres entres, les favoris ont une nouvelle fois eu du mal à récolter le fruit de leur régularité. À l'instar de Bode Miller ou des biathlètes français, nombreuses ont été les surprises, c'est aussi ça la magie des jeux, ce qui fait que c'est encore plus dur à gagner.

C'est pas Lindsey Vonn, la superstar de ces Jeux, c'est Marit Bjöerden !

On annonçait le grand chelem de Lindsey Vonn, il n'en fut rien (2 médailles tout de même). La grande star de ces Jeux Olympiques est norvégienne, fait du ski du fond et s'appelle Marit Bjöerden. À 29 ans, la fondeuse a remporté 5 médailles, dont 3 en or.

0 cas de dopage détecté durant l'Olympiade

ça change des éditions précédentes, mais jusqu'à contre analyses des échantillons qui seront gardés 8 ans, aucun cas de dopage n'a été déclaré durant la quinzaine olympique. Comment ce fait-ce ? De la trentaine d'athlètes (beaucoup de Russes) à qui on a demandé de pas venir du fait d'analyses de sang douteuses hors compétitions, des milliers de contrôles effectués sur place... mais peut-être aussi du fait d'une nouvelle technique de dopage insoupçonnée pour l'instant.

Nathalie Simon porte la poisse

Regarder le sport sur France Télévision c'est en général très pénible, mais regarder les Jeux d'hiver c'est encore pire ! Les consultants 5 étoiles du service public (Carole Montillet, Luc Alphand et même Roch Voisine !) mettant en évidence une absence total de maitrise des sujets, c'est une chose. Imposer au téléspectateur qui n'a pas Eurosport Nathalie Simon en tournée dans les stations à la rencontre de la famille et des proches des Français du soir censé remporter une médaille c'en est une autre ! Dans des sujets aussi mal foutus que ridicules (comme ce happening pour Annecy 2018), la Miss Vachette a porté une poisse intégrale aux athlètes qu'elle était censé soutenir, le bilan est accablant : 0 médailles et des chutes en pagaille. 

La belle histoire de Joannie Rochette

C'est la belle histoire qu'on retiendra de ces Jeux de Vancouver (ou pas), le drame personnel qu'a connu Joannie Rochette, patineuse canadienne de son état, en perdant sa mère quelques jours avant la compétition. Devenue idôle nationale et même internationale, la patineuse est allée chercher une médaille de bronze pleine de larmes sur le podium. Devenue gloire nationale, Joannie Rochette s'est retrouvée porte drapeau canadienne lors de la cérémonie de clôture aux dépends d'Alexandre Bilodeau, premier médaillé en or canadien sur son sol.

La chute de Marion Rolland

Ce fut le buzz de la quinzaine olympique du côté de la France, alors refaisons-nous plaisir et repassons nous la chute de Marion Rolland au bout de 4 secondes de course lors de la descente (versions bronzés font du ski). Souhaitons également à Marion Rolland un bon rétablissement.