Rigolons un peu avec le sport

26 juin 2012

Place à la colère !

L'équipe de France éliminée de l'Euro 2012 et la période de deuil de trois jours respectée, dressons avec toute la sévérité qu'il faut le constat d'échec de l'équipe de France depuis 2 ans.

Élimination sans gloire.

Samedi soir, la France du football s'est endormie devant la minable prestation de l'équipe de France face à une Espagne loin d'être à fond. Le bilan des bleus à l'Euro 2012 est donc d'une victoire, un nul et deux défaites. On pensait impossible de faire pire que la prestation contre la Suède (0-2) alors éliminée nous poussant ainsi dans les griffes espagnoles. Techniquement, les soit-disant surdoués du foot français, la génération 1987 (Nasri, HBA, Benzema, Menez), ont prouvé leur incapacité à jouer ensemble à élever leur niveau de jeu. Pire, à fournir le minimum d'implication, de politesse et de savoir vivre. Consternante l'attitude des joueurs où Karim Benzema ou encore Franck Ribéry ont trouvé qu'ils avaient fait un bon match. On se fout de notre gueule ! Comment Florent Malouda peut-il donner le maximum en laissant partir Xabi Alonso après seulement 20 minutes de jeu ! L'idée n'est pas tant de vouloir 11 gars chanter la Marseillaise (la banda à Platini ne le faisait pas davantage), mais de voir des mecs heureux et concernés par implications qu'engendre ce maillot bleu. 

L'échec de Laurent Blanc.

Le sélectionneur en fin de contrat a failli dans sa tâche. Les joueurs sont peut-être de stars dans leur petit monde, mais les vrais stars du football ont elles assuré durant cet Euro. Karim Benzema a besoin de Cristiano Ronaldo pour briller, pas l'inverse ! Jérémy Menez n'est qu'un égo du PSG, HBA a une carrière en pointillés. Enfin Samir Nasri symbolise à lui tout seul le tempérament racaille qu'il peut régner dans ce groupe. Laurent Blanc n'est pas parvenu à canaliser tout cela pour le bien de l'équipe. Pire, des rumeurs font état d'un manque d'autorité qui fait froid dans le dos. Le projet du beau jeu est restée lettre morte, l'implication de tous est théorique, la défense n'a jamais rassuré et l'on s'ennuie toujours autant devant les matchs. Raymond Domenech a bien rigolé  durant cet Euro ! Sur le papier, Laurent Blanc a atteint les objectifs de la Fédération : Gagner un premier match en phase finale de compétition depuis 2006 et sortir des poules. Et si le fond du contrat est rempli, la forme est vraiment dramatique. Mon verdict est sans appel et je serai attentif sur la capacité de Laurent Blanc a reconnaître ses erreurs de casting, de management et de coaching.

Table rase.

Laurent Blanc a eu deux ans et n'a pas avancé. Dire qu'on fait mieux qu'en 2010 est un non argument étant donné qu'on part de très très bas. Il faut un nouveau (vrai) projet à partir de joueurs nouveaux au comportement irréprochable. Dehors Hatem Ben Arfa et son portable, adieu Jérémy Cabaye et son ''fanculo'', plus jamais ça Samir Nasri qui s'est mis à dos la moitié du groupe et l'ensemble de la presse sportive. De ce groupe, de ceux qui ont joués, je garde Hugo Lloris, Yohann Cabaye et Franck Ribéry (qui semble avoir pris du plomb dans la tête). Nous redeviendrons compétitif et apte à briller à l'Euro 2016 (organisé en France), parce que la Coupe du Monde 2014 est déjà perdue, en nous appuyons sur des joueurs intelligents, motivés et bien davantage basé en France. Peut-être seront-ils moins talentueux que le groupe actuel, mais ces joueurs n'ont rien montré depuis deux ans. J'ouvre les portes à Rio Mavuba, à Mathieu Bodmer, à Mapou Yanga Mbiwa, à Alexandre Lacazette, à Maxime Gonalons, à Étienne Capoue, à Anthony Mounier, à Jérémy Mathieu... Une équipe de morts de fin où l'envie fera plus que quelques grigris.

Proposition 1 : Lloris, Mathieu-Yanga-Mbiwa-Kocielny-Debuchy, Bodmer-Mavuba-Gonalons, Ribéry-Benzema-Rémy

Proposition 2 : Lloris, Yanga-Mbiwa-Sakho-Stambouli-Jallet, Mounier-Capoue-Cabaye-Féret, Giroud-Roux.

Avouez ! Ça de la gueule ! 

Mais pour cela, il faudra faire appel à un sélectionneur qui a des couilles. Le pragmatisme m'incite à penser que Didier Deschamps est le numéro 1 sur la liste des repreneurs alors qu'il faudrait un homme qui s'impliquerait au point de vouloir revoir de fond en comble la politique de formation de la DTN. Oui Pep Guardiola est disponible, c'est vrai...  


25 juin 2012

Quarts de finale de l'Euro 2012, ce qu'il faut retenir.

Portugal-Espagne et Allemagne-Italie, telles sont les affiches des demi-finales de l'Euro 2012. Ces équipes ont en commun d'avoir su prendre en mains leur destinée. Tout l'inverse de la France qui a largement déçu.

But Alonso ESP-FRA

République Tchèque 0-1 Portugal

Après un début de compétition compliqué, Cristiano Ronaldo a pris en charge la qualification du Portugal face à la République Tchèque dans un quart de finale abordable. La décision a pris du temps (but à la 79e), mais c'est l'équipe joueuse qui est passée. On aimerait dire qu'il n'y a pas que Ronaldo dans cette équipe, mais il semble tout de même que les succès lusitaniens à venir soient conditionnés à la réussite du Madrilène en dépit de prestations plutôt satisfaisantes de Nani. 

Allemagne 4-2 Grèce

Lourd de symboliques politiques et économiques, cet Allemagne-Grèce a vu le plus riche et le plus puissant prendre largement l'avantage sur la petite Grèce qui n'est pas parvenue à mettre en place son double rideau défensif dans l'attente de la séance des tirs au but. Belle performance tout de même de la sélection hellène qui avec 24% de possession de balle a tout de même inscrit deux buts, dont le premier penalty de la compétition, après avoir manqué celui contre la Pologne (1-1). Avec ces 4 buts inscrits, les Allemands font figures de grands favoris pour la victoire finale, mais il faudra d'abord passer sur l'Italie. Équipe qu'elle n'a jamais battu en compétition officielle avec bien sûr en apothéose, le match du siècle en demi-finale de la coupe du monde 1970. 

Espagne 2-0 France

De loin, le match le plus ennuyeux de ces quarts de finale. À l'issue de cette purge, l'Espagne gagne 2-0 par forfait d'une équipe de France qui a affiché toutes ses lacunes : Aucun esprit collectif, aucune imagination offensive, errances défensives, suffisances... Un constat qui énerve et sur lequel je me pencherai plus longuement prochainement.

De son côté, l'Espagne poursuit son bonhomme de chemin sans pour autant paraître irrésistible. Peut-être même fatiguée. Si l'Espagne était effectivement prenable samedi soir, elle ne l'était par pour l'équipe de France.

Angleterre 0-0 (2 t.a.b 4) Italie

Dimanche soir, ces deux équipes ont livré un match tout à fait remarquable d'intensité. Chacun dans son propre style. L'Angleterre consciente de ses limites a tenté surtout en première période avant de se résigner à tenir et attendre les prolongations et les tirs au but face à une Italie qui a mis à mal le cliché du réalisme transalpin. Non pas que Mario Balotelli et ses coéquipiers aient vendangé, disons plutôt que la défense anglaise a fait un match épique à l'image d'un John Terry atteind de crampes dès la 70e. Au final, c'est l'équipe qui a touché deux fois le poteau qui se qualifie. Logique, mais l'Angleterre peut sortir la tête haute.

Les Statistiques

Ayé, on a enfin eu le premier 0-0 de la compétition, mais il convient de dire que ce match fut l'un des plus beau de la compétition... Surtout lorsque la veille on s'est tapé Espagne-France.

Les Grecs avaient obtenu le premier penalty de la compétition, mais l'avaient raté. Ils ont obtenu le deuxième de la compétition et l'ont marqué.

L'équipe de France n'a tiré que 4 fois au but face à l'Espagne du jamais vu de mon vivant.

Stéphane Lannoy sera l'arbitre de la demi-finale Allemagne-Italie, on dit toujours que l'arbitrage français est nul ?

Cristiano Ronaldo a tiré 29 fois au but depuis le début de l'Euro !

69 buts inscrits après les quarts de finale, la moyenne remonte à 2,46 buts par match. Stable.  

23 juin 2012

De l'intérêt de prendre une volée face à l'Espagne

Ce soir l'équipe de France tentera de se qualifier pour les demi-finales de l'Euro 2012 face à l'Espagne. De manière plus cartésienne de rester digne face à la sélection championne d'Europe et du Monde en titre. Mais je m'en vais vous expliquer pourquoi il faudrait perdre lourdement.

Laurent Blanc

Ces derniers jours, la France connait un regain d'optimisme en dépit de toute logique à l'approche de son match face à l'Espagne. Les fameux pourquoi pas conditionné par aucune raison, ni logique sportive. Car sur le papier la France est inférieure dans tous les compartiments du jeu. On se doute bien que si miracle il doit y avoir, ce serait à la grâce d'un exploit défensif façon Chelsea. Mais voilà, le sens du sacrifice défensif pouvait coller avec la Grèce, face à l'Allemagne. Pas à la France, ses égos démesurés et son envie d'aller de l'avant, du moins dans l'esprit de Laurent Blanc.

Se rendre compte que Cabaye est le patron est un constat d'échec pour Laurent Blanc.

En fin de contrat, Laurent Blanc a atteint les objectifs de la FFF. Sortir de la phase de poule en gagnant un match en phase finale de compétition pour la première fois depuis 2006. Ceci dit, la forme fait une nouvelle fois défaut entre le non match contre la Suède (0-2) et le ferme ta gueule de Samir Nasri après son but face à l'Angleterre (1-1). Au final, la France s'est qualifiée grâce à une victoire contre l'Ukraine (2-0) contre laquelle elle n'a jamais perdu et grâce aux circonstances qui font qu'on doit beaucoup aux Anglais.

Sur le pré, la situation française n'a pas vraiment évolué depuis 2010. À grand renfort de comm', l'équipe de France a quelques peu retrouvé une cote d'amour auprès du grand public footix, mais cela masquait les carences béantes du jeu. Défensivement, la charnière Mexès-Rami n'a jamais convaincu (ni les autres) tandis que l'ensemble se voulait précaire. Devant, le projet de jeu qu'on croit offensif de Laurent Blanc n'a jamais vu le jour du fait de l'incapacité de trouver une stabilité dans les hommes et les performances. Il faut attendre que l'Euro débute pour se rendre compte que Nasri n'est pas la solution et que Yohann Cabaye est le boss de l'entrejeu. Un constat d'échec terrifiant pour Laurent Blanc après deux ans de fonction. Si l'on ajoute à cela Karim Benzema a de plus en plus de point commun dans le jeu avec le Nicolas Anelka de 2010, on peut se dire qu'avoir marqué trois buts à cet Euro confine au miracle.

Prendre une volée pour tout raser.

Ce soir, face à l'Espagne, la France fera ce qu'elle pourra. Et peut-être même qu'elle gagnera par un trou de souris. Mais il me semble évident qu'à moyen-long terme, cette équipe a tout à gagner à prendre une fessée. L'occasion se présentera de tirer un trait sur une certain de nombre de joueurs qui ne se sont jamais défoncés avec le maillot bleu ou simplement rien compris de qu'on attendait d'eux. De repenser le projet de jeu jusqu'aux sélections de jeunes et de faire appel à des joueurs peut-être moins bons sur le papier, mais dont les capacités à se sublimer sont meilleures. Grossièrement, disons qu'on sort Samir Nasri, Patrice Evra, Philippe Mexès, Yann M'vila. Et remplaçons les par Mapou Yanga Mbiwa, Jérémy Mathieu, Mathieu Bodmer ou Rio Mavuba. Cette équipe de France manque de caractère. Celui de l'esprit collectif et de la rage de vaincre qu'il serait tant de voir succéder à l'individualisme triomphant qui règne dans le football. Mais ce raisonnement sera conditionné à l'arrivée d'un nouveau sélectionneur, il semblerait Didier Deschamps soit l'homme déjà désigné... Et ça ne va pas vraiment dans le sens voulu. 

20 juin 2012

Troisièmes journées de l'Euro 2012, ce qu'il faut retenir

ciseau Zlatan

L'impression générale

J'ai bien fait de ne pas m'enflammer sur la victoire de l'équipe de France contre l'Ukraine. La défaite contre la Suède nous a rappelé de vieux démons de suffisance et de jemenfoutisme. Et cette-ci fois Jérémy Menez n'y est pour rien. Mais une fois encore Samir Nasri a été décevant et Karim Benzema se trouve être désormais la seule star offensive de cet Euro 2012 à ne pas avoir encore marqué. Il se réserve pour l'Espagne ? Ainsi l'équipe de France sort des poules, un exploit, mais elle doit cette performance aux Anglais qui ont battu les Ukrainiens sur un but de revenant Wayne Rooney. Devoir quelque chose aux Anglais, le jour de la sortie de David Cameron... ça la fout mal !

Dans les autres groupes, les verdict a mélangé surprises de taille et logique. Les éliminations de la Pologne et surtout de la Russie dénotent autant que de retrouver la Grèce et la République Tchèque en quarts de finale. Dans le groupe B, les Pays-Bas empruntent une spirale à la française (2006-2008). En effet, les Hollandais enchaînent finale perdue de Coupe du Monde 2010 avec prestation minable à l'Euro 2012. Derrière l'Allemagne, seule équipe à 9 points, c'est le Portugal qui a tiré son épingle du jeu avec le réveil de Christiano Ronaldo auteur d'un doublé et de deux poteaux face aux Pays-Bas (2-1). Dans le groupe C, l'Italie a finalement pu compter sur l'Espagne et c'est assez logiquement que ces deux équipes sortent. Mais la Croatie est un adversaire de poids qu'on sous-estime trop souvent. Au final, dure est la loi du sport. Avec une seule victoire la France et la Grèce se qualifient. Pas la Croatie, l'Ukraine, le Danemark et la Russie.

Les quarts de finale

Jeudi 21 juin : République Tchèque – Portugal (Varsovie)

Vendredi 22 juin : Allemagne – Grèce (Gdansk)

Samedi 23 juin : Espagne – France (Donetsk)

Dimanche 24 juin : Angleterre – Italie (Kiev) 

Tous les matchs se joueront à 20h45. Pour les demi-finales il y a croisement : Vainqueur match du jeudi contre samedi et vendredi contre dimanche.

The big man

Face à la Croatie, Iker Casillas a sauvé la nation. Face à Ivan Rakitic, il a sorti une parade monumentale ! Si le Croate marque, l'Espagne peut être éliminée. Une fois encore on constate que face à une bonne équipe de football, la Roja n'arrive pas à en mettre trois ou quatre. D'où l'importance d'un immense gardien déjà très impliqué dans le sacre de 2010.

Le mec qui sert à rien

Giorgos Samaras essaye de faire du politiquement correct en disant que Allemagne-Grèce n'est que du foot et pas du tout politique en disant l'inverse : « On ne peut pas mêler le football et la politique. Le football est un jeu et nous allons jouer pour prendre du plaisir. Nous ne jouons pas seulement pou nous mêmes mais pour les 11 millions de Grecs à la maison. Nous avons réussi à leur apporter de la joie en battant la Russie et nous espérons faire la même chose vendredi ». Heureusement qu'il y a cette déclaration sinon je mettais Benzema.

Les trucs qui énervent

- La minute de silence de 27 secondes à Thierry Roland.

- Denis Balbir qui nous parle de la dernière défaite de l'équipe de France en date contre « la Belarus ».

- L'équipe de France au grand complet contre la Suède.

- Karim Benzema qui a tiré 16 fois au but sans marquer. Record ! 

- Arjen Robben qui est parti en tilt complet en cette fin de saison : défaite Coupe d'Allemagne, défaite finale Ligue des Champions avec peno manqué, prestation minable à l'Euro.

- Bastian Schweinsteiger qui râle pour un retard d'avion d'une demi-heure quand les journalistes en ont pour 3 heures et les supporters 6 heures.

- 100 000 euros d'amende pour Nicklas Bendtner pour publicité dissimulée, 80 000 euros à la fédé croate pour les chants racistes contre Balotelli... Allez comprendre.

Les statistiques

Face à l'Italie, Keith Andrews a été le troisième joueur de cet Euro à récolter un carton rouge. Rayon suspension, Sokratis Papastathopoulos reviendra pour affronter l'Allemagne (tout comme Jérôme Boateng en face) à l'inverse de José Holebas et Giorgos Karagounis. Autre suspendu pour les quarts de finale, le regretté Philippe Mexès.

Du côté du classement des buteurs, c'est le statu-quo (Gomez-Dzagoev-Mandzukic avec 3 buts). Au rayon des passes décisives, Steven Gerrard rejoint David Silva et Andrey Arshavin avec 3 unités. 60 buts ont été marqués dans cette phase de groupe, soit seulement 14 lors des 8 derniers matchs. Du coup la moyenne baisse à 2,50 buts/match, un peu mieux qu'en 2008 (57). 

Si Ronaldo a débloqué son compteur, ce n'est toujours pas le cas pour Karim Benzema. L'ancien lyonnais a pourtant tiré 16 fois au but (cadré 12 fois) et n'a toujours pas marqué ! Aucun autre joueur n'a autant vendangé !

Enfin, sachez qu'avec 9 buts encaissés en 3 matches, l'Eire est la plus mauvaise défense en phase de poules d'un championnat d'Europe des Nations depuis la Bulgarie en 2004 (bien aidé par le 5-0 contre la Suède). C'est le record dans ce format de l'Euro à 16 équipes en vigueur depuis 1996.

Enfin, la dernière fois que l'Angleterre s'est qualifié en quarts d'un Euro c'était en 2004 pour perdre au t.a.b face au Portugal (2-2, 6-5). Alors que la dernière fois que la Grèce en est sortir c'était pour gagner, en 2004 toujours. À noter que seuls 4 des 8 quarts de finalistes de l'édition 2008 sont à nouveau présents : Portugal, Allemagne, Espagne et Italie. La Grèce, la France, la République Tchèque et l'Angleterre remplacent la Russie, la Croatie, la Turquie et les Pays-Bas.

- Ce qu'il faut retenir des deuxièmes journées

- Ce qu'il faut retenir des premières journées

18 juin 2012

London 2012, J-39 : Teddy Riner, une revanche à prendre

Poursuivons notre tour d'horizon de nos chances de médailles avec la meilleur d'entre elles : Teddy Riner, la légende vivante du judo.

Teddy Riner

À 23 ans seulement, Teddy Riner a un palmarès tout simplement démentiel : 5 fois champion du Monde, 2 fois d'Europe. Le seul hic à ce palmarès déjà record, c'est l'absence de médaille olympique. Enfin si, À 19 ans, le poids lourd découvrait les Jeux à Pékin. Certainement dépassé par le poids de l'Histoire, il n'avait du se contenter du bronze. Pas mal quand même. Et dire que tout jeune, il hésitait avec le basket et le football...

Londres comme un aboutissement ?

Les 135 kilos de Teddy Riner (2m03) représente clairement la meilleure chance individuelle de titre olympique pour un athlète français à Londres tant il domine, écrase, sa discipline. En 2012 il remporte pour la cinquième année consécutive le Tournoi de Paris, grand moment de la saison. Pour le reste, Teddy S'entraîne, se prépare. Ne comptez pas sur lui pour faire la tournée des plateaux tv et des boîtes de nuit... Qui plus est avec des études à Sciences-Po. On n'entend plus parler de lui depuis 6 mois ! Tout juste une publicité à la radio pour la boisson énergétique de l'équipe de France olympique. L'or est sa seule obsession et toute autre performance serait un échec.

Riner n'en demeure pas moins un jeune homme. Ainsi lui a-t-on reproché en début d'année d'être trop démonstratif lors de ses victoires. On fait ce qu'on peut pour déstabiliser pareil champion... L'intéressé le concède et a promis de mettre de l'eau dans son kimono, mais celui qui jure penser à la médaille d'or « six jours sur sept » ne s'arrêtera pas après son triomphe londonien : « Je pense continuer parce que j'aime le judo » et nous on l'aime !  

Posté par beni2503 à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


16 juin 2012

Deuxièmes journées de l'Euro 2012, ce qu'il faut retenir

Orage Ukraine France

L'impression générale

Hourra la France a gagné un match en phase finale de compétition pour la première fois depuis la demi-finale de Coupe du Monde 2006 contre le Portugal ! Voilà qui est dit, mais les deuxièmes journées de la phase de poules de l'Euro 2012 nous ont livré quelques confirmations, dans le sens des favoris et dans le sens des équipes trop faibles pour exister.

D'abord, soulignons des Allemands et Espagnols, décidément au-dessus de tout le monde pour l'heure et qui donnent l'impression d'en avoir énormément sous la semelle, surtout les Allemands ! Ces derniers ont baladés les égos néerlandais alors que Podolski est au bois, Khedira très moyen, ou encore Özil sur courant alternatif. Les Espagnols auraient pu en coller 8 ou 9 aux Irlandais. Le réalisme manquent toujours dans cette Roja qui, rappelons le, a gagné le Mondial 2010 1-0. De l'autre côté, c'est d'ores et déjà fini pour l'Irlande et la Suède alors que les Pays-Bas ne sont pas tout à fait éliminés avec le même nombre de points : 0

Cela s'annonce également très compliqué pour la Grèce (1 point).

Sur le terrain, les esprits se sont libérés et l'engagement s'est voulu plus marquant à l'instar de cette équipe de France qui, chose effarante, gagne son premier match en phase finale d'un l'Euro sans Zidane ou Platini dans l'équipe. À peine croyable, j'ai vérifié... deux fois !

Du reste, chaque jour de cette deuxième journée a connu le commentaire : « Ce soir, on a vu le meilleure match de cet Euro ». Si si ! Ça marche avec Pologne-Russie, Danemark-Portugal, Italie-Croatie et Suède-Angleterre !

The Big Men

Ils sont autour de 10 000 à avoir fait le déplacement pour voir leur équipe se faire poliment balayer 4-0 par l'Espagne. Eux, ce sont les Irlandais. Tout de vert vêtu et bien attendri par la bière, l'irish army a chanté jusqu'à la dernière minute. Un soutien indéfectible à leur équipe pourtant première éliminée. Cette culture du supporter noble ne s'apprend pas, elle se transmet. Elle n'est pas décidée du jour au lendemain avec un spot publicitaire à grands frais, elle est libre, elle n'est pas contrôlée. C'est pour ça que toute l'Europe a aimé. Sans arrière pensée. Il n'y a que Roy Keane pour cracher dans la soupe.  

Les mec qui servent à rien

Les ultras orientés baston de Russie comme de Pologne bien décidés à jouer les prolongations de la WWII. L'UEFA a décidé de sanctionner la Russie de 6 points de pénalité avec sursis pour les qualifs à l'Euro 2016. Visiblement, les Russes se sont battu tout seuls. Les Polonais sont blancs comme neige...

Les trucs qui énervent

Les mecs qui rejouent PSG-OM sur le cas de Jérémy Menez sur Twitter comme avec un micro à la télé.

Les cris de singes et les bananes jetés à Mario Balotelli qui n'a tout de même pas mérité ça.

Cristiano Ronaldo, Zlatan Ibrahimovic, Wesley Sneijder, Arjen Robben, Mario Balotelli qui démarrent leur Euro 2012 quand ils veulent !

L'Espagne qui couine parce que l'Italie n'a pas voulu que la pelouse de Gdansk soit arrosée.

Allez on se le remet, le but de Danny Welbeck

Les statistiques

Au même niveau de la compétition, 39 buts avaient été marqués en 2008, soit une moyenne de 2,44 buts/match. Cette année, nous en sommes à 46 buts pour une moyenne de 2,81 buts/match. Les buts sont là, notamment par l'absence de 0-0, une sacrée performance statistique ! Sans surprise après le match contre l'Irlande, c'est l'Espagne qui a le plus tenté et cadré (29 tirs). On retrouve juste derrière l'équipe de France (26) avant un trou et un 11 Nations qui se tiennent entre 10 et 17 tirs au total. Mention spéciale à la Russie qui a cadré 10 fois et marqué 5 fois ! À l'image de Alan Dzagoev, co meilleur buteur de la compétition (avec Mario Gomez et Mario Mandzukic) avec 3 buts pour 4 tirs ! Ces trois hommes là ne sont déjà plus qu'à une longueur des 4 buts de David Silva en 2008.

Côté passes décisives, ils sont deux en tête : David Silva et Andreï Arshavin (3 passes) ont déjà égalé les performances de Cesc Fabregas et Hamit Altintop en 2008 tandis que Karim Benzema, Steven Gerrard et Bastian Schweinsteiger en sont à 2.

Nouvelle preuve s'il en est d'une fin de carrière délicate, Milan Baros est le joueur qui a commis le plus de fautes dans le tournoi (8) tout comme Mario Mandzukic qui compense largement avec ses 3 buts. Juste derrière, on retrouve Mario Balotellli (7) ! Côté carton jaune, seul un joueur sera suspendu lors du troisième match pour en avoir récolté deux (hormis le Grec Papastathopoulos qui l'avait dans le même match face à la Pologne), il s'agit de Jérôme Boateng. Néanmoins ils sont 23 à être en danger pour un éventuel quart de finale (j'ai enlevé les Suédois et les Irlandais). En 2008, ils avaient été 17 à recevoir deux cartons jaunes sur toute la compétition.

Par ailleurs, notez qu'en 16 matchs un seul penalty a été sifflé et qu'il n'a en plus pas été transformé (lors du match d'ouverture entre la Pologne et la Grèce). La question est de savoir si cette performance dans les surfaces est imputable à l'arbitrage à cinq ?  

-> le bilan de la première journée

-> le bilan de la troisième journée

 

14 juin 2012

Pourquoi Cristiano Ronaldo n'y arrive pas ?

Si le Portugal reste dans les courses pour les quarts de finale de l'Euro 2012 à la faveur de sa victoire de mercredi contre le Danemark, Cristiano Ronaldo peine une nouvelle fois à s'imposer comme l'homme providentiel de sa sélection lors d'une phase finale.

cristiano-ronaldo-portugal

Voilà une statistique qui intrigue, en deux matchs, Cristiano Ronaldo a tiré 11 fois au but (8 fois cadré), mais n'a toujours pas marqué. Un défaut de réussite assez remarquable pour l'attaquant du Real Madrid qui a trouvé le chemin des filets à 46 reprises rien qu'en Liga (dont 12 penalty). 2 matchs sans marquer, à titre de comparaison, il faut remonter à décembre 2011 pour trouver une telle ''série de stérilité'' en championnat !

Le poids de la Nation

Bien sûr, CR7 n'a pas des statistiques si horribles que cela en sélection avec 32 buts pour 92 capes (à seulement 27 ans), mais ces chiffres montrent tout de même une moins bonne aisance en sélection. Pourtant les qualifications pour l'Euro 2012 avaient laissé croire en une prise en main ferme de ses fonctions de capitaine avec 7 buts et 2 passes décisives en 8 matchs disputés !

Le fait est qu'au niveau supérieur, CR7 n'a pas vraiment existé face à l'Allemagne. Pire, face au Danemark, son duel raté a permis aux Danois de revenir à la marque avant que Varela, entré en jeu, n'obtienne (un rien miraculeusement) la victoire. Ce qu'il apparaît de ces deux premiers matchs, c'est que les joueurs du Portugal et Ronaldo lui-même attendent trop d'exploits personnels raconté tout au long de l'année par les aventuriers de la maison blanche. Rien qu'à voir l'équipe alignée : Un milieu à trois où seul Raul Meireles va de l'avant, Helder Postiga en pointe et le pauvre Nani dont on ne sait plus où il a la tête en plus de déjà 5 fautes commises en deux matchs... Rare à ce poste.

Il en découle une pression supplémentaire sur les épaules de Ronaldo, désireux de trop bien faire. N'y voyons pas un excès de ''melonite'' de la super star, mais plutôt l'impression indélébile que tout dépend de lui. Après tout, la victoire de mercredi peut éventuellement le relâcher, mais voilà que la confrontation contre les Pays-Bas ajoutera une pression sans égale depuis la demi-finale de Coupe du Monde 2006 (du moins sur ses épaules).  

12 juin 2012

Premières journées de l'Euro 2012, ce qu'il faut retenir

Les 8 premiers matchs de l'Euro 2012 n'établissent pas clairement la hiérarchie européenne, mais d'ores et déjà quelques éléments sont notables. 

france-angleterre-ferme-ta_53yep_25c514

L'impression générale 

À quelques exception près, cet Euro 2012 démarre façon diesel. De nombreux matchs ont donné l'impression que l'enjeu dominait  le jeu. Bien sûr il y a la Russie et la Croatie qui ont lâché les chevaux, mais il convient de souligner que ces équipes ne sont pas des favoris et que leurs adversaires sont les plus faibles du plateau. Aucun 0-0 à déplorer néanmoins.

Alors le jeu est-il en panne après une saison si longue ? Pas vraiment, mettons le manque d'allant sur le compte du PREMIER match et ne cédons pas à la conclusion hâtive d'un Euro ennuyeux, ce n'est finalement pas le cas, notamment au regard d'Italie-Espagne (1-1), de Russie-République Tchèque (4-1), de Croatie-Eire (3-1) et de la seconde période d'Ukraine-Suède (2-1). Dans le genre match à suspense, Pologne-Grèce vaut son pensant.

Des favoris pour la victoire finale, seule l'Allemagne s'est imposée (1-0 contre le Portugal) quand l'Espagne a rencontré une forte résistance face à l'Italie (je ne parle pas que de la pelouse) et que les Pays-Bas se sont fait surprendre par le Danemark.

Du côté de la France, on l'avait quitté en 2010 avec l'affaire du bus et c'est face à un autre bus qu'elle a débuté l'Euro. Face au bus anglais plus précisément. J'ai aimé la volonté, les frappes de loin (et cadrées) et l'engagement, moins le manque de percussion et l'attitude de Samir Nasri.

The Big Man

Comment ne pas évoquer Andreï Chevtchenko, auteur d'un doublé du haut de ses 35 ans, Sheva a montré qu'il n'était pas juste là pour encadrer un groupe de gamins. Bravo à lui et à la rupture du continuum espace-temps provoquée. 

Le mec qui sert à rien

Avec un magnifique « fermes ta gueule » juste derrière son but, Samir Nasri a douché l'enthousiasme de son égalisation. Le Citizen s'est donné un air de Christophe Dugarry façon France 1998. La prochaine étape est donc un claquage contre l'Ukraine.

Les trucs qui énervent

- L'Espagne qui pleure sur la qualité de la pelouse du stade de Gdansk.

- Des supporters russes qui éclatent un stadier à Russie-République Tchèque.

- L'attitude d'épiciers des Polonais une fois le score ouvert contre la Grèce.

- Cristiano Ronaldo qui n'a une nouvelle fois servi à rien avec le Portugal.

- Arjen Robben et Mario Balotelli qui bouffent une fois encore la feuille contre le Danemark et l'Espagne.

- Les publicités entre les hymnes nationaux et le coup d'envoi.

- Le coup d'envoi donné après un décompte du speaker.

- Arsène Wenger qui se paluche sur ses joueurs.

- Christian Jeanpierre qui pourrait au moins demander à Lizarazu comment on prononce Müller et Hummels.

- Denis Balbir qui sévit toujours.

Les statistiques

21 buts inscrit, ça nous fait une moyenne de 2,62 but/match lors de cette première journée. À titre de comparaison, 5 buts de plus ont été inscrit à pareil instant de la compétition (16 buts) par rapport à 2008. Ils sont tout de même 3 à déjà avoir inscrit un doublé. En plus de Chevtchenko, on retrouve le Russe Dzagoev et le Croate Mandzukic. Un autre russe est en tête du classement des passeurs : Andreï Arshavin.

Cocorico, le leader du tableau des tirs cadrés se nomme Karim Benzema (5), devançant Cristiano Ronaldo et Vaclav Pilar (4). Dieu bénéfice l'UEFA, on retrouve aussi le classement des tirs non cadrés : Aleksandr Kerzhakov en tête à 7 tirs à côté, suivi de peu par... Arjen Robben (6) !

Du côté des performances collectives, l'Espagne est logiquement en tête du classement de la possession de balle avec 39 minutes de toqué contre l'Italie ! Suit la France (38 minutes) qui a joué au handball contre l'Angleterre qu'on retrouve avec l'Italie et l'Eire tout en bas de ce classement (25 minutes). Les équipes les plus indisciplinées sont la Pologne (22 fautes) et la Suède (20) tandis que la solide prestation défensive anglaise se démontre par les 7 petites fautes commises contre les Bleus. Aucune équipe n'a fait moins.  

-> Deuxièmes journées de l'Euro 2012, ce qu'il faut retenir

-> Troisièmes journées de l'Euro 2012, ce qui'il faut retenir

09 juin 2012

Euro 2012 : Hollande 0-1 Danemark (but en vidéo)

Première grande sensation de cet Euro 2012, le Danemark démontre qu'il faut faire avec lui dans le groupe B de la mort en battant les Pays-Bas. Un unique but de Michael Krohn-Dehli mais fort joli et intelligent sur le grand Maarten Stekelenburg ! (1,94 m)

0-1, Krohn-Dehli : 


Posté par beni2503 à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Pronos Hollande-Danemark et Allemagne-Portugal

Il sera pas compliqué de faire mieux qu'hier avec les deux premiers matchs du groupe de la morte.

lukas-podolski

Hollande - Danemark :

Favoris, les Pays-Bas ne devait pas faire de quartier face au Danemark (18h), jugé adversaire le plus faible du groupe B. On pourrait même estimer que l'équipe sera la moins performante face aux Danois sera celle qui restera dans la poule. En ce qui concerne la cote de la victoire oranje, elle est à 1,50. La gagne à Handicap à 2,70 semble judicieuse. Sur mon site de prono, un duel de buteur est proposé à 2,60 pour que Van Persie marque plus que Bendtner... Facile !

- Victoire à Handicap des Pays-Bas à 2,70

- Van Persie marque plus que Bendtner à 2,60

Grosse plantade !

Allemagne - Portugal :

Dans toute son histoire, le Portugal a battu 3 fois l'Allemagne... Ce soir (20h45), la Mannschaft devra toute de même se méfier de Ronaldo et Nani dans un contexte de 18 buts encaissés lors des 10 derniers matchs. Une info qui fait bondir sur +2,5 but dans le match, relativement bien payé à 1,75. Dans le même ordre d'idée les deux équipes marques à 1,60. Pour gagne de l'argent je tenterai bien le but de Podolski associé à un victoire allemande à 3,50.

- +2,5 buts dans le match à 1,75

- Les deux équipes marquent à 1,60

- Victoire Allemagne avec but de Poldi à 3,50